Je suis née et j’ai grandi 17 ans au Cameroun. Entourée d’une famille douce et joviale. Malgré les difficultés liées à une famille modeste, j’en garde de très bons souvenirs. Très vite néanmoins, tu comprends que ton futur sera ailleurs puisque oui, si un professeur de Mathématiques possédant un Doctorat est marchand ambulant de beignets dans la rue à ses heures perdues, c’est bien qu’il n’y a pas de futur possible pour toi !

Et donc … l’Europe. L’Eldorado, qu’ils disent. Quand tu quittes ton Afrique natale pour ça, c’est que tu as percé ! Quelle vie celle-ci … Personne ne te parle alors de la crise et des questionnements identitaires qui vont s’en suivre, une douce schizophrénie entre 2 mondes et cultures opposés, à un âge où on a besoin de stabilité pour se construire, une tension constante pour arriver parfois, à un choix bancal ! On y reviendra.

Saragosse en Espagne, puis Paris … Tu es jeune, tes parents décident que c’est la meilleure option pour toi, tu obéis puisque de toute façon… Tu fabriques ? (comprendra qui pourra !) … En pleine construction, tu te retrouves à devoir t’adapter dans une atmosphère étrangère. Sans les tiens … Juste tu (sur?)vis ! Ou plutôt tu te laisses vivre …

Tu découvres. Tu apprends. Tu développes des capacités d’adaptation sans même t’en rendre compte. Puis tu te rends compte en grandissant que finalement tu es plus spectateur de ta vie qu’acteur. Mais entre les deux ils se sont déjà passées tellement de choses … Certaines que tu ne pourras plus jamais rattraper. Car s’il y a bien quelque chose qu’on ne rattrape point, c’est le temps !

Parfois, je me suis demandée qui suis-je ? Encore aujourd’hui ça m’arrive de me demander pourquoi je suis là ? Si on m’avait demandé mon avis, et que j’avais le choix, aurais-je fait ce choix ?

L’Europe. L’Eldorado. . . Apprendre à faire avec !

Pomelo.

6 commentaires sur “Roots.

  1. Ça me parle ! Ça me parle … Tout comme toi je me suis souvent posé la question « et si c’était à refaire ? »
    Je suis née en France mais j’ai grandi à Kinshasa …pas facile dans les années 90 mais l’essentiel était là : la famille et l’amour. Mais voilà à 18 ans je me retrouve toute seule en France. Et vraiment je n’étais pas préparée à ça !

    J'aime

  2. Bonjour, c’est tout à fait ça on est perpétuellement le cul entre deux chaises. Moi je suis née au Congo j’y ai vécu jusqu’à l’âge de 10 ans..20 ans en France et maintenant 5 ans en Guyane française. En France j’ai jamais eu le sentiment d’être chez moi, et c’était plus de la survie qu’autre chose.. un jour je me suis dit je vais rentrer chez moi. Mais j’ai d’abord voulu faire un séjour.. le souci c’est que quand tu es partie pdt 20 ans bah tu ne te sens non plus chez toi dans ton pays car bcp de choses ont changé et les gens que tu as laissé sont parties etc.. et que tu n’as plus la mm mentalité. Bref dieu merci après un long travail sur moi et un voyage j’ai trouvé un endroit où je me sens bien et où j’ai trouvé la paix la Guyane 🥰… moi si on m’avait posé la question je serais restée chez moi car ce déracinement et cette rupture familiale ne vaut pas tt ce que l’on vient chercher en France et surtt ce qu’on y trouve..

    J'aime

    1. Oui c’est un projet sur lequel je travaillais depuis longtemps, pour moi. Puis je l’ai drop pouf ! haha.
      Je ne parlais pas vraiment je savais dire la base bonjour, merci, aurevoir… J’ai réellement appris au jour le jour, en vivant sur place. Je pense que j’étais vraiment bilingue au bout de 6 mois.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s